12/04/2021

17 avril 2021 : Journée internationale des prisonniers et prisonnières politiques

A l'occasion de la journée internationale des prisonniers et prisonnières politiques.

Rassemblement à Paris XX place de la Réunion le samedi 17 avril 2021 de 14h à 17h. 

27/11/2020

Pour l'abrogation de la réforme de l’assurance chômage

Le 5 décembre, partout en France, des manifestations et des actions s’organisent pour réclamer l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage.
Pour l'ïle-de-France, le rendez-vous est fixé Porte des Lilas le samedi 5 décembre 2020 à 14H à destination de République.


Abrogation de la réforme de l’assurance chômage

21/11/2020

Colloque sur la Commune de Paris reporté aux 12 et 13 juin 2021

 

Organisé par la CNT-RP et le groupe Commune de Paris de la FA, ce colloque de deux jours sur la Commune lancera l’année du 150e anniversaire.

Au programme :

  • Film La Commune de Guerra
  • Conférence inaugurale
  • Les internationalistes anti­autoritaires
  • La Commune et les femmes
  • La Commune et l’éducation
  • Les artistes et la Commune… Courbet et les autres
  • Les autres Communes : Marseille, Lyon, Limoge, Grenoble
  • Les réquisitions d’atelier, décret du 16 avril 71

Il se déroulera les 12 et 13 juin 2021 dans les locaux du Lycée autogéré de Paris (LAP).

Pour commander Toujours debout ! Actes du colloque "Il y a 150 ans, la Commune de Paris"



17/11/2020

Contre le projet de loi « sécurité globale »

 

A l’initiative de plusieurs organisations syndicales et associatives, des rassemblements sont prévus dans plusieurs villes de l’hexagone, le 17 novembre contre la proposition de loi liberticide sur la « Sécurité globale ». Notre confédération syndicale, la C.N.T se joint à l’ensemble des initiatives organisée en localité.

Ce mardi 17 novembre 2020, le groupe La République en marche (LREM) présentera en séance publique sa proposition de loi sur la sécurité globale. Ce texte s’inscrit dans la foulée du Schéma national du maintien de l’ordre promulgué le 16 septembre dernier par le ministre de l’Intérieur.

L’article 24 de cette proposition de loi interdit à toute personne de diffuser « l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale, autre que son numéro d’identification individuel, lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police » et que cette diffusion a pour « but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ».

En réalité, le fait de diffuser l’image notamment en direct serait donc, de fait, quasiment impossible.

Le seul fait de filmer ou de photographier conduira à des interpellations et des violences par les forces de l’ordre, comme c’est déjà trop souvent le cas aujourd’hui.

Clairement, c’est non seulement les journalistes, reporteurs-photo, reporteurs d’images, documentaristes, membres d’observatoires citoyens qui sont visés, mais aussi quiconque, qui avec son téléphone portable prendra des photos, notamment lors de manifestations ou de mouvements sociaux.

En revanche, les membres des forces de l’ordre pourront tout à loisir filmer ou photographier la population.

La démarche des députés LREM porteurs de cette proposition relaie la volonté du gouvernement qui entend museler encore un peu plus la classe ouvrière qui s’organise pour lutter contre un gouvernement au service du capital et du patronat. C’est aussi l’occasion de censurer la liberté d’informer, de s’exprimer, et par là-même de manifester.

Tout aussi problématique est l’introduction en urgence et au dernier moment d’un « délit d’entrave », dans la Loi de Programmation de la Recherche (LPR), visant à criminaliser les étudiant·e·s ou enseignant·e·s manifestant dans l’enceinte de l’université, qui pourraient alors encourir 3 ans d’emprisonnement et jusqu’à 45000€ d’amende.

la Confédération nationale du travail (CNT) appelle l’ensemble de la population à se joindre aux différents rassemblements organisés ce jour, dans le strict respect des règles sanitaires. Pour la liberté d’informer et d’être informé·e ! Pour la liberté d’expression contre une loi liberticide !

LA CNT

 

 

30/10/2020

Fermeture de votre permanence syndicale

En raison des mesures prises par les princes et princesses qui nous gouvernent, votre permanence syndicale est fermée pour une durée indéterminée.

01/05/2020

Revenir à la normalité, comme avant ?

Revenir « à la normalité », ce serait revenir à ce qui a provoqué la crise des soins.

L’État est en cause. C’est lui qui a conduit sa politique financière et comptable à l’instar des entreprises privées : pas de stock et achats en flux tendus.

Et tout occupé à rogner sur les « coûts » de l’hôpital, il ne s’est pas préoccupé de prévoir. Si le Covid 19 est nouveau, les épidémies non !

Voir le tract intitulé Revenir à la normalité, comme avant ?