23/02/2019

LUNDI 4 MARS 2019 : LES DROITS DES CHÖMEURS et PRECAIRES

Le prochain cours de droit du travail gratuit et ouvert à tou-te-s donné par des syndicalistes (CGT, CNT, Solidaires..) et juristes du travail
bénévoles portera sur :

LES DROITS DES CHÖMEURS et PRECAIRES.

Il aura lieu LUNDI 4 MARS DE 19H à 21H à la Bourse du Travail Annexe 67 rue de Turbigo (M° Arts-et-Métiers, Temple ou République)

Ce sujet est hélas d'actualité car le Décret du 28 décembre 2018 (et d'autres se préparent..) a terriblement durci :

- les obligations des demandeurs d'emploi qui devront accepter dès la 2è offre à peu près n'importe quel emploi, même moins bien payé et éloigné,
- les contrôles : nombre de contrôleurs multiplié par 4 au détriment de l'accompagnement,
- les sanctions menant très rapidement à radiation.
 
 

Chasser et sanctionner les chômeurs : nouveau sport olympique à Pôle Emploi ?

Nous exigeons l'abrogation du décret contre les chômeurs

Ce vendredi 22 fevrier 2019, une centaine de personnes, chomeur.es, precaires,
agent.es de pôle emploi, Mathilde Panot, députée, salarié.es en CDI et CDD,
intermittent.es, intérimaires, occupons l’agence pôle emploi du 78 boulevard Ney,
bâtiment qui comporte un des 4 centres de contrôle de la recherche d’emploi d’Ile de
France.

Nous exigeons l’abrogation :
- du décret publié le 30 décembre qui intensifie les mesures de contrôle et aggrave les sanctions contre les chômeur.es jusqu’aux radiations et
suppressions des allocations.
- de la lettre de cadrage du gouvernement sur la renégociation de la convention de
l’assurance chômage.

Nous refusons :
-toute économie sur le dos des chômeur.es dans le cadre des nouvelles négociations
-la financiarisation de l’Unedic et la spéculation sur sa dette
-la mise sous tutelle de l’Unedic par l’Etat
-la suppression des cotisations salariales et patronales

Nous demandons à être reçus par le directeur général de pôle emploi Jean Bassères.
Nous demandons aussi que la ministre du travail Muriel Penicaud, honore sa promesse
de rendez-vous faite durant l’occupation de l’Unedic, mercredi 20 février au matin.
Pour l’heure, nous sommes toujours sans réponse.

A Toulouse, Orléans, Lille et Nantes, des occupations et actions sont en cours.
Nous sommes déterminé.es à poursuivre nos actions tant que l’on n’obtiendra pas
satisfaction. 
 
 
 

19/12/2018

Permanence syndicale fermée le mercredi 26 décembre 2018


Notre permanence syndicale sera fermée le mercredi 26 décembre 2018

15/06/2018

Festival CNT du 29 juin au 1 juillet 2018 : luttes collectives pour tendre vers une société libertaire et égalitaire

Cette année, les militantes et les militants de l’Union des syndicats CNT de la région parisienne ont le plaisir de vous convier du 29 juin au 1er juillet 2018 à la Parole errante à Montreuil pour son festival annuel.

Ces deux dernières années ont encore été marquées du sceau de fortes mobilisations contre la mise en œuvre des orientations politiques du gouvernement toujours plus sécuritaires, répressives et autoritaires envers toutes les personnes qui continuent de se battre pour leurs droits, leur dignité et la justice sociale. Alors que les gouvernements successifs n’ont de cesse d’imposer une société où le règne du « chacun pour soi » serait l’unique règle des initiatives, d’autres organisations sociales ne cessent de faire la preuve que le pire n’est pas inéluctable.

Programme festival CNT 2018 : rendez-vous les 29, 30 juin et 1er juillet

25/05/2018

Permanence syndicale fermée mercredi 4 juillet 2018

Notre permanence syndicale sera fermée le mercredi 4 juillet 2018

09/12/2017

Permanence syndicale fermée le mercredi 27 décembre 2017

Notre permanence syndicale sera fermée le mercredi 27 décembre 2017

01/12/2017

Liberté d'expression au ministère du travail et ailleurs

Le 14 novembre dernier, une Inspectrice du travail a été suspendue de ses fonctions pour « faute grave » par la direction du ministère du travail, jusqu’à la tenue d’une commission disciplinaire programmée le 14 décembre. Quelle est cette « faute grave » ? Interviewée par un journaliste lors d’une manifestation publique, elle a osé porter la parole du syndicat SUD-Travail Affaires Sociales en interpellant la ministre du travail Mme PÉNICAUD au sujet de la politique de suppression massive de postes au sein de son ministère, qui met son service public dans l’impossibilité de fonctionner. Peu de temps auparavant, deux autres agents du même ministère membres du syndicat CGT-TEFP avaient fait l’objet d’un blâme pour leur action de soutien aux travailleurs sans-papiers. Très récemment un quatrième a fait l’objet d’un rappel à l’ordre pour sa participation, toujours dans un cadre syndical, à une réunion publique critiquant la réforme actuelle du droit du travail.

Ces sanctions et ces menaces représentent une atteinte grave à la liberté d’expression et au droit syndical, pourtant garantis par la constitution,
- Pour les fonctionnaires et les syndicalistes du ministère du travail d’abord , qui sont privés du droit reconnu à tout citoyen, d’exprimer leurs opinions et d’être défendus par l’intermédiaire de leurs organisations syndicales :
- Pour les organes de presse ensuite, qui ne sont plus à mêmes de citer leurs sources sans les mettre immédiatement en danger face à leur employeur,
- Pour toutes et tous un nouvel espace de liberté se ferme sans aucune raison valable.

La multiplication de ces procédures et menaces constituent autant de manœuvres visant à intimider tous ceux qui voudraient exprimer une simple appréciation critique ou leur opposition et résister aux politiques actuelles.

Pour la défense de la liberté d’expression, les signataires de cette pétition demandent l’arrêt de la procédure disciplinaire à l’encontre de l’Inspectrice du travail, et le retrait des sanctions prononcées à l’encontre des agents du Ministère.

Signez cette pétition : Pétition · Liberté d'expression au Ministère du travail et ailleurs · Change.org